lundi 6 juin 2016

L'analyse politique pour les nuls


Et pour ceux qui n'ont pas suivi, pour remonter à la genèse du "Je peux pas, j'ai un chat sur les genoux", je vous renvoie à la lecture du Tome 2 de Chat-Bouboule.



 
 


7 commentaires:

La fée MoiMême a dit…

Mais si on pouvait mettre un chat (bouboule ou pas) sur les genoux de tous les dirigeants politiques, militaires et fanatiques du monde entier, on aurait la solution pour d'une paix durable.

mamyvette a dit…

Pôv' bête !

Isa a dit…

<3
Belle référence à Franquin et Gaston (et son chat qui faisait le malheur de Prunuelle) :)

Anonyme a dit…

Oh, celle-là, Franquin l'avait faite avant! Voir par exemple ici : https://twitter.com/amsellemyves/status/647783641792315393

"Si tous les généraux et amiraux du monde, quelles que soient les couleurs et les étoiles, avaient chacun un chat sur les genoux, hébin moi je me sentirais vachement mieux !" (Gaston Lagaffe / Franquin)

Anonyme a dit…

Moi j'aime bien cette raison de rester assis dans un fauteuil. Longtemps, c'était une de nos meilleures excuses pour ne rien faire!

Cath Petit a dit…

ah ouiii je me disais bien que ça me disait quelque chose :p
Okay vais ressortir ma collection de gaston !

Gisèle Jacques a dit…

Bien vu et bien représenté. Nous dormons le postérieur à l'air, confiants, ne s'attendant pas à être sur-pris par derrière !
Corps et esprit gavés, trop bien (ou mal) nourrit par ce que nous voulons bien avaler.