lundi 27 avril 2015

Le stade anal, un espoir pour la fraternité des peuples ?



Dans son traité sur la communication non violente et les modes de pacification relationnelle "Faites caca, pas la guerre" (aux Éditions Étron-philo), le professeur Hector Pompom-Umlala développe la théorie selon laquelle la fraternité des peuples pousse sur le terreau fertile d'un intérêt commun et universel. Et selon lui, le stade anal fournit ce socle d'intérêt commun à l'humanité : le gros caca qui pue.


 
 


8 commentaires:

Plumetis33 a dit…

Excellentissime !!! J'adoooore. Surtout la tête des deux dames prenant le thé avec distinction. ^^

Trenty a dit…

Ah, les enfants et leur facilité à nous sentir mal à l'aise ;)

Casse-bonbec a dit…

c'est à se faire pipi dessus (de rire), leurs histoires de caca !

matilou83 a dit…

sa me fait pensée a moi la semaine dernière avec mes loulous de 19mois d’écart,j’étais au parc et une mamie assise a coté de moi,me disait vous avais des enfants très poli,avec bien sur tout le blabla sur la jeunesse d'aujourd'hui et leur manque d’éducation et que sa fessais du bien de voir des enfants poli ect ect et la ma fille qui arrive en hurlement du font du jardin d'enfant "Maman j'ai le cul et la foufoune qui me gratte" et bien en tout t'en se grattent bien sur comment dire que j’étais super mal,a les plaisirs de nos enfants....

Cendra a dit…

J'adore!! les mômes me font trop marrer !

Thomas a dit…

Ainsi donc et pas conséquence, pour la paix dans le monde, toute la matière était dans le fondement.

kriss a dit…

ah bah je me sens moins seul quand mes enfants crient qu'ils ont fini; et que l'autre crie derrière la porte "ça y est? ta fini de faire un gros caca ?" ... surtout à l'heure du repas

crecelle a dit…

Aaaaaah! Alors là je n'étais pas venue depuis quelques semaines pour en avoir plusieurs à lire d'un seul coup et je ne regrette pas! C'est fin, c'est délicat... c'est comme à la maison!
Merci tata Nath!