lundi 14 avril 2014

Un printemps sous l'enclume


Veuillez m'excuser, je ne m'attarde pas.
Je suis en compétition pour le Grand Prix Littéraire Des Livres qu'on Écrit avec les Pieds avec mon dernier ouvrage autobiographique "L'enclume des jours, les vacances de Monsieur Boulot", poignant récit d'un amour impossible entre une enclume et un chignon roux mal peigné.
C'est beau, si je n'étais pas si modeste, je me filerais le Prix Goncourt à perpèt'.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

On te le donne, nous, le Prix Goncourt !!! Tu le veux ?
Sinon ... que va t'il arriver aux papillons? Je crains le pire !

gé pasdebol a dit…

Moi en competition pour le grand prix des films catastrophe " un lundi du côté obscure de la force" le recit poignant d'un lundi qui commence par un pot de fleur en grès qui s' écrase sur le sol des 5h du mat et qui enchaine avec mangeage de dalle en beton par grumeaux foncedansledecor et pliage de porte avant passager sur le parking du super marché par un inconnu partit sans laissé de trace ( mis a part celle sur la portière) mais la journée n'est pas finit donc suspens pour la fin ^^'

Anonyme a dit…

cela faisait longtemps que je n'avais pas remis les pieds dans la res.publicum bananaretum: ca fait du bien de revenir

Sabine Mabille a dit…

:-D

Anonyme a dit…

Opty :
Et notre morue de pâques ?!!!

Marion a dit…

Tu oublies l'enclume "maman tient sa maison" l'enclume "maman prend régulièrement des nouvelles de ses copines" et l'enclume "maman reste super sexy et dispo pour papa"....
#24hćestpasassez